L’enfant de la nuit

Apparaissant lors des nuits sans lune, elle n’était que rarement visible pour les autres enfants sauvages.
Sans doute la plus inatteignable d’entre toute, elle renaissait chaque nuit mais restait toujours à distance de l’humanité et souvent des siens.
Lors de cet instant si particulier du passage du jour à la nuit, son esprit prenait possession de son corps et l’enfant de la nuit prenait vie pour quelques heures partant a la recherche de celui qui se montrerait digne de perfection…
Traînant au sol une épée lourdement acérée tenue d’une main ferme, cette dernière étincelait malgré l’obscurité régnante.
Recouvert de gravure, cet objet de mort forgé dans le métal le plus pur semblait prendre vie chaque nuit et plus encore lorsque la lune étincelait.

Croisant uniquement le regard d’enfants sauvages, elle restait invisible au regard des simples humains et avait donné naissance à de nombreux mythes.
La pureté de ses sentiments, de son âme étaient à l’image du tranchant de sa lame et sa quête de perfection était absolue.
L’originel lui-même n’avait jamais croisé cette enfant de la lune, n’avait vu cette épée légendaire…
Il n’en connaissait que la description qui se propageait au fil du temps.

Fine d’un corps longiligne, arborant un regard translucide, un visage étonnamment froid dénué de toute expression, la grâce et la fluidité de ses mouvements captivaient instantanément jusqu’à l’agonie.
Ses cheveux tombaient en cascades jusqu’au creux de ses reins dans des boucles ondulatoires océaniques…
Tantôt noirs de geais, couleurs du soleil, rouge de braise et blanc pur, des couleurs différentes pour chaques conteurs.
Simplement vêtue d’une robe de velours pourpre, elle avançait pied nu pour ressentir la force de la terre quelle foulait.

La légende racontait qu’elle fut autrefois prise d’un amour éternel pour un enfant sauvage mais que la perte de son élu éteignit son cœur à jamais.
Un enfant de la lune ayant décidé de consumer son existence parmi les humains délaissant ainsi l’enfant de la nuit et les siens…

Il en est ainsi parfois des enfants sauvages qui renoncent à leur nature profonde pour rejoindre la sécurité de la société des hommes.
Un renoncement définitif menant inévitablement a une mort prématuré de leur composante élémentaire.
L’enfant de la nuit, depuis cette disparition, s’était emmuré volontairement dans le silence pour le restant de sa vie.
Ayant rejoint son monde intérieur, seule son enveloppe corporelle était désormais visible de quelque uns.
Vouée à vivre un isolement perpétuel, elle était l’enfant de la nuit…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s