L’enfant de la forêt

De sa venue au monde au creux d’un arbre à sa disparition, il fut l’un des nombreux enfants sauvages qui vécurent au milieu de la forêt mais à la différence de des semblables, il n’eut jamais de contact avec la société des hommes en dehors de sa tribu de naissance…
Son histoire mêle à la fois le récit d’un d’enfant sauvage et le mythe né après sa disparition…
Il fut sans doute l’un des plus insaisissables…
Il fut le gardien de la forêt au sein de laquelle, il vint au monde parmi une société indigène.

Jusque l’âge de 10 ans, il était en communion parfaite avec les us et coutumes de sa tribu…
Lors du passage initiatique à l’âge adulte, il était de cette coutume que les enfants devaient prouver leur valeur pour obtenir la reconnaissance du clan, faire mourir l’enfant afin que le chasseur puisse naître.
Chacun des petits d’hommes étaient conduits les yeux bandés à plusieurs jours de marche du campement et abandonné sur place avec pour seule arme l’apprentissage de la communauté…

Ce rite pouvait sembler cruel mais indispensable à la survie de la tribu qui ne pouvait compter que sur ses chasseurs pour subvenir à ses besoins en nourriture.
Ces guerriers de la forêt, lors de leurs excursions s’éloignaient du camp seul dans toutes les directions et ainsi trouver de la nourriture en abondance, des plantes médicinales et d’autres lieux de campements.
Leur apprentissage commençait dès le plus jeune âge.
Le savoir de tous était mis en commun et les enfants ne faisaient pas exception.

Leur abandon en forêt était pour eux un moment de joie et attendu avec impatience pour certain.
Enfant, ils n’avaient pas de nom, cela étant l’apanage des adultes capables de subvenir aux besoins de la communauté.
Ainsi après plusieurs jours de trajet ligoté et yeux bandés, il fut laissé par les siens au pied de son arbre de naissance.
Libéré de ses liens, il attendit que chacun des hommes qui l’avait accompagné fut parti pour ôter le bandage qui lui couvrait les yeux.
Chacun d’eux prenant une direction opposée afin qu’il ne puisse percevoir une direction à prendre…
Aux meilleurs d’entre eux, moins de quatre jours étaient nécessaires et à peine plus de six pour les plus faibles.

Cet enfant n’avait pour sa part aucun désir de retour.
De ses dix premières années de vie, il avait partagé l’apprentissage du clan, la chasse, les plantes qui nourrissent et celle qui guérissent.
La construction d’un abri, les pièges et tout ce qui était indispensable à la vie en forêt.
Dix années d’attente pour l’un des enfants sauvages les plus énigmatiques d’entre tous.
Jamais, il ne revint au campement rejoindre sa communauté de naissance et de ce jour naquit la légende de l’enfant de la forêt.

Il ne se cachait pas de son clan, se contentant d’éviter tout contact futur.
Parfois observé au travers des feuillages, souvent entendu et confondu avec les nombreux animaux dont il imitait le langage à la perfection, il avait malgré sa disparition volontaire obtenu son nom de chasseur.
Insaisissable, n’étant qu’une ombre passagère, un bruissement, il guettait souvent aux abords du camp qui se déplaçait régulièrement sans jamais n’être plus qu’un observateur silencieux.
Chacun des membres de son ancienne communauté sentait sa présence mais il refusait tout contact malgré les appels bienveillants.

Les saisons s’écoulèrent ainsi…
Les années ne furent pas différentes des précédentes.
Vivant au milieu des arbres, ayant construit des dizaines d’abris répartis sur l’ensemble de son territoire, laissant de la nourriture près du campement lors des périodes les moins fastes, disparaissant parfois durant plusieurs saisons, il était l’enfant de la forêt…

Ayant perdu le langage des humains au profit de celui des animaux, il en avait également acquis la crainte tout en veillant sur eux.
Lors des veillées nocturnes, la légende de l’enfant de la forêt considéré comme un esprit bienveillant prenait forme, s’enrichissant régulièrement de nouveaux récits.
Chacun des conteurs, au fil des siècles qui s’écoulèrent depuis sa naissance et bien après sa mort, avaient paraît il été en contact avec cet enfant sauvage.

Il était investi de pouvoirs magiques, d’une force inimaginable, d’une puissance incommensurable, de bienveillance et de la connaissance de toute chose. Créateur du monde et de tout ce qui vit, il était l’enfant de la forêt…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s