La petite herbe folle & le petit caillou

Elle était une petite herbe folle, il était un petit caillou et tous deux grandissaient au milieu d’un grand jardin entouré d’une jolie clôture en bois de couleur blanche derrière une grande maison…
Une grande et belle maison comme on en trouve parfois en se perdant sur les chemins de n’importe où…

Ils ne se connaissait pas car trop éloignés l’un de l’autre mais parfois le murmure du vent emportait leurs rêves entremêlés très loin de ce jardin merveilleux…
Un grand jardin composé d’un chêne centenaire, de fleurs sauvages, d’un lapin blanc qui aimait jouer avec Alice et de jouets en bois qui finissaient de se perdre au milieu des herbes hautes et des roses multicolores qui s’épanouissaient en bouquets sauvages…

Les saisons s’écoulaient invariablement avec de la pluie, de la neige parfois, des brises légères et des bourrasques de vent et du soleil à n’en plus finir accompagnant le grand chêne qui offraient de l’ombre rafraîchissante…

Tous deux rêvaient de grandir pour devenir une herbe haute et légère pour l’une et un grand rocher pour l’autre…
Des rêves de grand espaces très loin de ce jardin, de cette clôture en bois et de cette grande maison…
Et parfois le soir, lorsqu’ils conversaient avec le grand chêne, ils profitaient de son infinie sagesse et de sa patience…
Lui aussi avait été tout petit, avait eu des rêves de liberté, de partir loin d’ici et grandir dans un champ au milieu de n’importe où…
Il leur contait comment l’arrière grand-mère d’Alice l’avait ramassé au cours de l’un de ses nombreux voyage l’emportant avec elle dans sa poche durant pleins d’autres voyages avant de le mettre en terre au milieu de ce grand jardin derrière cette grande et belle maison…

Lui qui ne rêvait que de liberté étant tout petit avait peu à peu renoncé à s’échapper au delà de cette clôture blanche tandis qu’il s’enracinait dans la terre tout en apprenant le goût de la simplicité et de cette attention qui lui était apporté chaque jour…
Ainsi, il remerciait chaque soir toutes les petites herbes folles et tous les petits cailloux qui composaient ce grand jardin car il n’aurait pu s’épanouir sans eux…

Le monde à besoin des petites herbes folles pour abriter les fourmis, apporter du rêve aux enfants, tenir compagnie aux fleurs et des petits cailloux pour entrer dans les grandes chaussures, que la terre ne s’envole pas avec le vent et cliqueter contre les fenêtres des amoureux qui se retrouvent en cachette à la nuit tombée…

Petites filles, petits garçons, devenez les rêves de ces petites herbes folles et de ces petits cailloux et filez au milieu de n’importe où…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s